_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Surfez en musique

Ecouter le Coran

Formulaire d'Identification



"Le talent, c'est comme l'argent. Il n'est pas nécessaire d'en avoir pour en parler." 
Jules Renard

Qui est en ligne ?

Nous avons 19 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui95
mod_vvisit_counterHier97
mod_vvisit_counterCette semaine192
mod_vvisit_counterSemaine dernière0
mod_vvisit_counterCe mois192
mod_vvisit_counterMois dernier0
mod_vvisit_counterDepuis le début273019

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Mercredi 18 Juillet 2018
à 19:39
Fellag
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
fellag2Mohamed Saïd dit Fellag est né en 1950 à Aït Illoul (Azzefoun). En 1960, la famille s’installe à Tizi-Ouzou où le père travaillait dans le service de l’hydraulique. Il connaît une scolarité "courte et ennuyeuse".
Après l'Institut d'Art dramatique de Bordj El Kiffan, il s'associe avec des camarades de promotion pour fonder une troupe au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports. Ce groupe se heurte à des blocages et ne produira qu'une seule pièce « Es-Soussa » (La vermine). Déçu, abattu et révolté, Fellag prend le chemin de l'exil.

En 1985, il rentre au pays. Recruté au TNA comme comédien, il reste dans l'ombre jusqu'au jour où il joue « Les aventures de Tchop » (1987). Encouragé par le succès, il quitte le TNA et récidive avec Cocktail Khorotov (1989).

Les émeutes d'octobre 1988 font sauter le verrou de la pensée unique et Fellag s'engouffre dans la brèche. Avec sa nonchalance, ses sarcasmes, ses allusions métaphoriques, Fellag ne raconte pas: il est la rue algérienne. Le public, qu'il interpelle sans vergogne, loin de s'offusquer, fait un triomphe à ce bouffon qui brocarde, sans crainte, les puissants de la République.

En décembre 1992, Mohamed Fellag fut nommé Directeur du Théâtre Régional de Béjaïa. Il démissionne une année plus tard pour reprendre ses créations. Il quitte le pays , en 1994, grâce à un contrat de quelques mois en Tunisie qui lui paraît assez vite « trop petite et limitée ».

En France où il s’est imposé comme l’un des plus grands maîtres de l’humour, il joue en arabe et en kabyle et, depuis 1996, son spectacle glisse vers le français. A la littérature, il ne se montre pas indifférent et il franchit vite le pas en signant en février 2001 son premier roman : « Rue des petites daurades ».


Ses films :

Liberté, la nuit [1983] Réalisé par Philipe Garrel
Le Gone du chaâba [1998] Réalisé par Christophe Ruggia
Inch'Allah dimanche [2001] Réalisé par Yamina Benguigui
Fleurs de sang [2002] Réalisé par Myriam Mézières
Momo mambo [2003] Réalisé par Laïla Marrakchi
Voisins, voisines [2005] Réalisé par Malik Chibane
Rue des figuiers [2005] Réalisé par Yasmina Yahiaoui

Spectacles :

Djurdjurassic Bled [1998]
Le bateau pour l'australie [2000]
La Casbah [2003]
Le dernier chameau [2004]


Source : www.algerie-monde.com