Main Menu

Recherche

Traduction automatique

Contes



Détente




Détente / Contes / Arabe

DJEHA ET SA FEMME N° : 9

L'âge de sa femme ?



Djeha est allé chez le cadi pour divorcer. Ce dernier lui a demandé le nom de sa femme.
- Je ne sais pas, a-t-il répondu
- Depuis combien d’années êtes-vous mariés ?
- Depuis plus de vingt ans
- Comment se fait-il que tu ignores le nom de ta femme ?
- Je n'ai jamais pensé que le mariage durerait, donc je n'ai pas fait l'effort d'apprendre le nom de la jeune mariée.

Détente / Contes / Arabe

DJEHA ET SA FEMME N° : 10

Tout le monde est là !



Allant chercher des œufs au marché, Djeha en ramena un.
- Comment, lui dit sa femme, que veux-tu que je fasse d'un seul œuf ! Il m'en faut une demi-douzaine ! Pourquoi fais-tu toujours les choses au compte-gouttes !
Il retourna au marché et ramena cinq autres œufs. Mais, quelque temps après, sa femme tomba malade et était mal en point.
- Va vite me chercher un médecin, lui dit-elle, qu'il fit illico. Il arriva avec plusieurs personnes et dit à sa femme :
- Cette fois, tu n'auras pas de reproches à me faire car j'ai suivi ton conseil et je t'ai ramené la demie douzaine : avec le médecin, voici le pharmacien, le commerçant
du bazar qui t'a apporté une bouillante pour te tenir chaud, le marchand de bois pour nous permettre de faire un bon feu dans la cheminée, l'imam qui va prier pour ta guérison et, il y a même le croque-mort, on ne sait jamais !

Détente / Contes / Arabe

DJEHA ET SA FEMME N° : 11

La mort de Djeha



Un jour qu'il se sentait mal en point, Djeha s'étendit sur le chemin qui menait à sa maison, se croyant mort. Il s'est dit que quelqu'un finirait bien par passer par là et irait annoncer la nouvelle au village. Comme personne n'était venu, il se leva et alla chez lui annoncer la nouvelle à sa femme :
- Halouma, je viens juste de mourir, tu trouveras mon corps sur le chemin qui mène à la rivière. Il repartit s'étendre à nouveau sur le chemin. Sa femme alla voir
le cadi et lui dit :
- Mon mari est mort, il est sur le chemin qui mène à la rivière.
- Halouma, En es-tu sûr ! Je viens juste de voir ton mari qui gambadait comme un cabri et je t'assure qu'il se portait à merveille !
- J'en suis sûr ! Il est venu me l'annoncer lui-même !

Détente / Contes / Arabe

DJEHA ET SON ANE N° : 13